Skip to content

Accueil > Modes actifs et nouveaux services à la mobilité > Autopartage/électromobilité - Réflexions sur un tarif pour l’autopartage de (...)

Autopartage/électromobilité - Réflexions sur un tarif pour l’autopartage de véhicules électriques

Réflexions sur les bases d’une grille tarifaire pour un service d’autopartage de véhicules électriques (en boucle fermée) dans une agglomération de taille moyenne

lundi 16 janvier 2012
Mis à jour le jeudi 15 août 2013

Un véhicule passe généralement l’écrasante majorité de son temps immobilisé. Sachant que les frais fixes liés à sa possession ne sont pas neutres, l’idée de partager des véhicules a fait son chemin. Du côté des services publics, on appelle aujourd’hui "autopartage" le service consistant à proposer une flotte de véhicules accessibles en libre-service à des abonnés.

Intérêt de l’autopartage

Grâce à l’autopartage, on mutualise l’utilisation d’un véhicule et les frais fixes. L’outil possède alors des vertus économiques pour les utilisateurs, tant pour les particuliers que pour les professionnels. L’abonnement au service permet ainsi de remplacer un véhicule qui roule peu, qu’il s’agisse d’un véhicule de pool chez un professionnel ou du deuxième ou troisième véhicule du foyer... voire le premier !

Lorsqu’il choisit de s’abonner à l’autopartage, l’utilisateur peut-être dans trois situations :

  • soit c’est un moyen d’abandonner un véhicule lié à une volonté d’utiliser plus les alternatives à la voiture
  • soit c’est un moyen de réduire ses coûts mais dans l’optique d’utiliser autant la voiture qu’avant
  • soit c’est un moyen d’accéder à un véhicule alors qu’on n’en disposait pas

Un des atouts du service est de permettre de réduire son utilisation du véhicule. On observe fréquemment que les abonnés qui s’inscrivaient dans la deuxième catégorie ci-dessus se retrouvent finalement dans le même comportement que ceux de la première ![[Voir une enquête nationale menée par le bureau de recherche 6T en France en 2012] En effet, un des atouts de l’autopartage est de rendre plus visible le coût direct lié à l’usage de la voiture. Quelles que soient les formules tarifaires choisies, le système de facturation permet à l’utilisateur de faire plus facilement le lien entre “déplacement” et “coût”. En ce sens, c’est un outil permettant de tendre vers des déplacements plus soutenables par un recours plus fréquent aux alternatives à la voiture individuelle. Ainsi, deux ans après la mise en service, l’autopartage poitevin comptait une moitié de ses abonnés qui utilisaient le service en moyenne moins d’une fois par mois ! La plupart des services d’autopartage se donnent d’ailleurs pour objectif de “désintoxiquer de la voiture” !

L’exemple d’Angoulême

Dans une agglomération de taille moyenne comme le GrandAngoulême, la soutenabilité d’un tel système repose sur une forte utilisation par les collectivités, administrations et entreprises. Par ailleurs, afin de rendre le service attractif, la grille tarifaire doit être facilement compréhensible par tous et, si possible, intégrer autant que faire se peut les coûts annexes (stationnement, énergie...). Conjugué à l’accès en libre-service au véhicule, le caractère “tout compris” du système devient plus confortable qu’un véhicule personnel pour certains aspects : on ne se soucie plus des coûts de l’énergie, du stationnement... On peut suivre ses dépenses presque en temps réel sans “mauvaise surprise”...

L’autopartage peut également remplir deux fonctions de service public :

  • pour la soirée et la nuit, permettre à ceux qui utilisent habituellement les transports collectifs d’avoir une alternative lorsque le coût d’un service de bus n’est pas supportable pour la collectivité, faute de fréquentation minimale
  • pour les personnes “sous-mobiles”, c’est-à-dire isolées socialement par manque de mobilité vers l’emploi, les activités sportives ou culturelles, etc., l’autopartage est un outil de déplacement#.

Enfin, si dans le cas d’une agglomération comme le GrandAngoulême, la soutenabilité du service passe par une utilisation importante des professionnels, cette clientèle peut avoir des besoins spécifiques qui peuvent être satisfaits notamment à travers deux dispositifs :

  • des abonnements multi-utilisateurs, voire non-nominatifs (dans ce cas, la carte est au nom de la société, de sa division ou encore du service et non de l’employé)
  • une garantie d’accès à un véhicule sur une place horaire prédéfinie pouvant se traduire, par exemple, par une réservation permanente du véhicule du lundi au vendredi, de 9h à 19h

Grands principes et bases

Principe du service
Ne concurrencer que la mobilité moins soutenable :

  • concurrencer la voiture personnelle utilisée de façon systématique mais pas les transports collectifs et a fortiori les modes doux/actifs
  • permettre aux personnes “sous-mobiles” de se déplacer lorsque nécessaire pour maintenir le lien social

— > la tarification n’aura vocation à développer la mobilité que des personnes “sous-mobiles”. Pour les autres, elle aura pour objectif la réalisation des déplacements ne pouvant être assurés autrement, l’attractivité du service reposant sur le caractère “tout compris” des offres.

Bases de la grille tarifaire

  • Un tarif “tous publics” simple et lisible, tendant vers le “tout compris” (énergie, stationnement...) mais intégrant la problématique des plages horaires sans service de bus
  • Le cas échéant, un tarif spécifique pour les personnes à faibles revenus, à lier éventuellement à une démarche d’insertion
  • Des dispositifs spécifiques pour les professionnels incluant les abonnements multi-utilisateurs, voire non-nominatifs et les dispositifs de réservation récurrente

Familles de tarification

Dans les autres systèmes d’autopartage existant en France, on peut observer deux grandes familles :

  • la tarification horaire uniquement
  • la tarification horaire et kilométrique

Chacun de ces principes possède des avantages et inconvénient. La tarification horaire et kilométrique est la pus précise. Elle permet de prendre en compte le temps d’immobilisation du véhicule qui, dans le cas d’un service en boucle, est non-négligeable. Elle perd cependant en lisibilité. Les deux grands systèmes déployés dernièrement (Nice Autos Bleues et Paris Autolib’) ont adopté la tarification horaire alors que Yélomobile de La Rochelle fonctionnant depuis 1999 sur le principe “horaire+kilométrique” a basculé également. Un tel système favorise la rotation des véhicules et donc leur disponibilité. Il devient moins attractif pour les locations dépassant 3h. En cas d’adoption, la complémentarité avec des services de location tiers ou d’autres offres pour les cas particuliers comme les heures de soirée ou de nuit est à trouver.

Exemple de tarification possible pour un service d’autopartage de véhicules électriques

S’agissant d’un service nouveau, un des maîtres-mots est la lisibilité de la grille tarifaire. La grille d’Autolib’ Paris est, de ce point de vue, assez réussie. Elle repose sur une présentation des coûts rapportés à la durée d’abonnement choisi. La première étape consiste à s’inscrire. On peut alors choisir une formule : un jour, une semaine, un mois ou un an. Plus on s’abonne pour longtemps, plus le coût d’abonnement est faible ramené à la durée et plus le coût à l’utilisation est bas.

Imaginons qu’on ait un palier à 1€.

  • Abonnement d’une semaine (7 jours glissants) = 7€ d’abonnement
  • Abonnement d’un mois (30 jours glissants) = 15€ d’abonnement (soit environ 3,50€ la semaine)
  • Abonnement d’un an (date anniversaire) = 120 € d’abonnement prélevés à raison de 10€ par mois (soit environ 2,30€ l)

Cet exemple est inspiré des principes et bases ci-dessus, des propositions du prestataire telles que définies dans son offres, ainsi que des exemples issus d’autres agglomérations :

  • Offre tous publics : Une tarification horaire entre 7 et 10€ par heure au prorata temporis (sauf pour la première demi-heure).
  • Offre étudiants : Une tarification légèrement moindre, sur justificatifs (cohérence avec le service de transports collectifs).
  • Offre sociale : Une tarification spécifique à définir en cohérence avec la tarification sociale des autres services publics. Une réussite du système dépendant de la mise en place d’une interface entre les utilisateurs et le gestionnaire : prescripteurs, services sociaux...
  • Offre professionnels : Des remises en fonction du volume d’heures réservées. Des abonnements multi-utilisateurs.
  • Pour tous :
    — Une tarification spécifique en dehors des horaires de fonctionnement du réseau de transports collectifs (heures de soirée et de nuit) -> pourcentage de réduction par rapport au tarif normal à définir.
    — Une réflexion à mener sur la charge du véhicule pendant la durée de sa "location" -> faisabilité technique et principes d’avantages à définir.

Parse error: syntax error, unexpected T_ELSE in /mnt/115/sda/2/7/amauryruillere/plugins/auto/zippeur/genie/zippeur_effacer_zip.php on line 10