Skip to content

Accueil > Urbanisme - planification > (Réflexion personnelle) Exemple d’articulation urbanisme / tram-train en (...)

(Réflexion personnelle) Exemple d’articulation urbanisme / tram-train en Nord-Isère

Exemple d’urbanisation pensée autour de la réouverture d’une ancienne ligne de chemin de fer qui pourrait être desservie par des trams-trains (Chemin de Fer de l’Est de Lyon entre les communes de Meyzieu et Pont-de-Chéruy, voire Crémieu)

jeudi 24 septembre 2009
Mis à jour le samedi 4 avril 2015

1]</a></li> <li><a href='http://amauryruillere.free.fr/spip.php?article35#Performances-potentielles-et-couts'>Performances potentielles et couts de la desserte entre la Part-Dieu et Pont-de-Chéruy / Crémieu</a></li> <li><a href='http://amauryruillere.free.fr/spip.php?article35#Une-desserte-metropolitaine'>Une desserte métropolitaine ?</a></li> <li><a href='http://amauryruillere.free.fr/spip.php?article35#Details-d-une-desserte'>Détails d'une desserte métropolitaine jusque dans le Nord-Isère</a></li> <li><a href='http://amauryruillere.free.fr/spip.php?article35#Scenarios-de-financement-partie'>Scénarios de financement (partie transports collectifs) de la desserte métropolitaine </a></li> </ul> </div>'>

Projet d’articulation urbanisme/déplacements autour d’une voie ferrée désaffectée entre Meyzieu (Rhône) et Pont-de-Chéruy ou Crémieu (Isère).

http://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&t=h&source=embed&msa=0&msid=107239980328356895346.00045efb007f6611f84fb&ll=45.756505,5.134735&spn=0.199775,0.420914&z=11


Afficher T3 à Crémieu + réurbanisation durable sur une carte plus grande

A l’origine du projet / réflexions

Éléments de base :

  • une agglomération pontoise, pôle urbain au sein de l’aire métropolitaine et urbaine lyonnaise, mal reliée à la ville-centre en transports collectifs
  • l’existence entre Meyzieu (Rhône) et Crémieu (Isère) de l’emprise d’une ancienne voie ferrée inexploitée propriété du Conseil Général du Rhône et de l’Isère (sur leur territoire respectif) [2].
  • la présence depuis 2006 d’une ligne de tram rapide [3] entre Part-Dieu et Meyzieu ZI aménagée par le SYTRAL
  • l’intégration du prolongement vers Pont-de-Chéruy dans les plans de la Région [4] et son inscription dans la démarche InterSCOT (desserte ferroviaire au moins jusqu’à Pont-de-Chéruy [5])

Principes / contraintes :

  • le prolongement de la ligne ne se justifie que si une réflexion est menée autour de l’articulation urbanisme/déplacements (autant en termes de développement durable du territoire qu’économiques [6])
  • le SYTRAL qui a réalisé la ligne T3 ne peut en l’état de la répartition des compétences assurer des services jusqu’à Pont-de-Chéruy ou Crémieu
  • la mise en service d’un tram entre Meyzieu et le Nord-Isère entrainerait une rupture de charge à Meyzieu qui serait pénalisante pour les usagers puisque la ligne 1980 assure actuellement cette desserte directement
  • un service express « RhônExpress » entre la gare de la Part-Dieu et l’aéroport Saint-Exupéry qui limite la fréquence sur la portion Part-Dieu – Meyzieu Zone Industrielle
  • une fréquence de ces services express (15’) qui empêche la mise en place (sans aménagements couteux) de nouveaux services express
  • deux exploitants se partageant cette portion (Keolis Lyon pour le compte du SYTRAL par délégation de service public et RhônExpress pour le compte du Conseil Général du Rhône sous le régime de la concession pour 30 ans)
  • la configuration de cette portion orientée vers des rames faisant au mieux 2,55m de large (cas de RhônExpress contre 2,40m pour T3) mais des caractéristiques rendant l’utilisation du matériel de 2,65m possible (en déplaçant certains poteaux de lignes aériennes de contact)

Expériences de référence :

  • l’urbanisation raisonnée autour des gares de Décines et Meyzieu sur la portion du CFEL devenue T3 [7]
  • la charte « urbanisme/déplacements » déclinée en « contrats d’axe » à Grenoble [8] ou Toulouse

Premières conclusions :

  • La ligne doit assurer de bout en bout le trajet depuis le Nord-Isère jusqu’à la Part-Dieu (ou plus à l’ouest)
  • le SYTRAL ne participera pas en l’état actuel des choses au financement de la portion en Isère
  • le service entre Meyzieu ZI et la Part-Dieu sera omnibus (les sillons express sont réservés à RhônExpress)
  • les services ne devront pas dépasser les capacités en sillons omnibus sur Part-Dieu – Meyzieu (en l’occurrence, 7’30 à court terme puisqu’il s’agit de la fréquence actuelle)
  • afin de faciliter la gestion, il serait opportun de ne pas multiplier les exploitants sur le même tronçon ou les propriétaires d’infrastructure sur un même service. RhônExpress relevant du régime de la concession pour 30 ans, c’est autour de la délégation de service public du SYTRAL (bénéficiaire actuel : Keolis Lyon) qu’on peut agir.

Principes d’urbanisme [9]

  • une densité accrue à proximité des nouvelles stations et une liaison urbaine avec le centre existant (densité décroissante au fur et à mesure qu’on s’éloigne de la station et/ou du centre ancien)
  • des cheminements pour modes doux (marche, vélo...) permettant de se rendre (presque) n’importe où dans la commune depuis/vers la station
  • de la mixité, particulièrement à proximité de la station : du logement social (en accession à la propriété et locatif), du locatif (hors social), des formes différentes, des activités/commerces/services, etc.

Image (à partir d’un exemple réel) de la répartition possible entre bâtiments, cheminements doux/voirie, etc. (en imaginant qu’il y ait une station au niveau du repère rouge) :http://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&t=h&source=embed&msa=0&msid=107239980328356895346.00045efaad266f9d992c4&ll=45.950702,4.985926&spn=0.006221,0.013154&z=16


Afficher Périurbanisation acceptable sur une carte plus grande

Performances potentielles et couts de la desserte entre la Part-Dieu et Pont-de-Chéruy / Crémieu

La ligne T3 assure le trajet omnibus entre la Part-Dieu et Meyzieu ZI en 25min. 12 km de voies doivent être réaménagés entre Meyzieu ZI et Pont-de-Chéruy. Une étude réalisée par Transétude en 2006 (http://smultidoc.ish-lyon.cnrs.fr/document/20080123163710/00001000.pdf) propose 4 arrêts sur cette portion. On peut alors envisager un temps de trajet inférieur à 20min, pour un temps total de Part-Dieu à Pont-de-Chéruy de 40min. Ce temps est alors équivalent à celui qu’on peut réaliser en véhicule particulier... hors heures de pointe (où il deviendrait plus avantageux de prendre le tram, comme c’est déjà le cas entre Meyzieu et Part-Dieu) ! Par ailleurs, l’amélioration de la desserte peut être un outil de développement social pour les populations en difficulté, nombreuses dans l’agglomération pontoise.

Part-Dieu – Meyzieu ZI Meyzieu ZI – Pont-de-Chéruy Pont-de-Chéruy – Crémieu
Distance 15 km 12 km 6 km
Nombre d’arrêts 10 4 2
Temps avec du matériel apte à 100 km/h 25 min 15 à 20 min 7 min
Cout de la portion 180 M€soit 12 M€/km à 15 M€/km : 180 M€ à 15 M€/km : 90 M€

Une desserte métropolitaine ?

La ligne C3 du SYTRAL assure actuellement une desserte entre le quartier de Saint-Paul dans le Vieux-Lyon et Vaulx-en-Velin en passant par l’Hôtel de Ville de Lyon, les Cordeliers et la Part-Dieu. Cette portion très chargée pâtit actuellement de l’absence de site protégé pour les transports collectifs. Le potentiel de passagers étant important, il serait intéressant de prolonger la ligne T3 également à l’ouest, quitte à créer des services partiels Hôtel-de-Ville - Part-Dieu. L’itinéraire serait donc Part-Dieu – cours Lafayette – Cordeliers – Hôtel-de-Ville-Louis-Pradel (place Tolozan). Techniquement, il serait nécessaire d’évaluer les capacités du Pont Lafayette à absorber la charge des rames [10]. Le passage à la Part-Dieu pose, lui, d’éventuels problèmes de gestion. Les lignes T1 et T4 pourraient y circuler à une fréquence de 3’ en heures de pointe [11]. Pour éviter aux rames de répercuter un éventuel retard à la Part-Dieu (qui aurait donc des conséquences sur la portion partagée avec RhônExpress), une dissociation des itinéraires serait particulièrement efficace. Ce pourrait être fait en aménageant un accès depuis le cours Lafayette au tunnel routier du boulevard Vivier-Merle [12]. En prolongeant le tunnel jusqu’au croisement avec la rue Paul-Bert, les voies trams-trains et trams urbains pourraient être dissociées complètementhttp://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&t=k&source=embed&msa=0&msid=107239980328356895346.000470642010d32d66d9e&ll=45.761446,4.859605&spn=0.012485,0.026307&z=15


Afficher EX : ’OLEST’ (axes A3/A9 diamétralisés) sur une carte plus grande

Hôtel de Ville-Louis-Pradel – Part-Dieu Part-Dieu – Meyzieu ZI Meyzieu ZI – Pont-de-Chéruy Pont-de-Chéruy – Crémieu
Distance 3 km 15 km 12 km 6 km
Nombre d’arrêts 5 10 4 2
Temps (matériel apte à 100 km/h) 9 min 25 min 15 à 20 min 7 min
Surcout potentiel Pont Lafayette, trémie X - -
Cout de la portion Env. 190 M€ 180 M€soit 12 M€/km à 15 M€/km : 180 M€ à 15 M€/km : 90 M€

Détails d’une desserte métropolitaine jusque dans le Nord-Isère

DesserteFréquenceAOT (->exploitant)Matériel
Hôtel-de-Ville-Louis-Pradel – Part-Dieu – Meyzieu ZI - Pont-de-Chéruy 15’ SYTRAL

(-> DSP Keolis Lyon)

ou CGI (-> ?)

ou Région (-> SNCF ou autre)

Nouveau matériel : apte à 100 km/h, largeur max 2,55m => proche de RhônExpress [13]
Hôtel-de-Ville-Louis-Pradel – Part-Dieu – Meyzieu ZI 15’ (soit 7’30 omnibus sur tronc commun) SYTRAL

(-> DSP Keolis Lyon)

Citadis SYTRAL (T3 ou nouveau : 2,40m de large, 40m de long, vitesse max = 80 km/h )
Hôtel-de-Ville-Louis-Pradel – Part-Dieu 7’30(soit 3’45 sur tronc commun) SYTRAL

(-> DSP Keolis Lyon)

Citadis SYTRAL (type T1/T2/T4 ou T3 ou nouveau : 2,40m de large, 40m de long, vitesse max = 70 km/h)
- RhônExpress Part-Dieu – Meyzieu ZI – aéroport LYS 15’ express CG69 (-> concession RhônExpress) RhônExpress
PNG - 41.2 ko

=> la fréquence sur la portion Part-Dieu – Meyzieu ZI est alors la même qu’actuellement (7’30). Il y a toujours deux exploitants comme à l’ouverture de RhônExpress :
Attention : RhônExpress n’est pas comptée dans les fréquences intermédiaires puisque le service n’assure pas de desserte urbaine.

Scénarios de financement (partie transports collectifs) de la desserte métropolitaine

Principes communs :

  • Le SYTRAL ne veut pas financer une amélioration des services sur un territoire sur lequel il n’a pas compétence et qui ne contribue pas financièrement à son fonctionnement.
  • La Région Rhône-Alpes est intéressée par une éventuelle intégration de la desserte à son réseau mais pour des raisons juridiques [14], elle ne fait que soutenir financièrement le projet.
  • Le maitre d’ouvrage met en place un contrat d’axe rassemblant les collectivités et institutions concernées par une urbanisation durable autour d’un axe de transport collectif : communes/intercommunalités concernées, structures publiques de gestion du foncier (s’il y a lieu), opérateurs logement social (idem), etc. Le contrat d’axe formalise l’engagement des différents acteurs selon les pistes évoquées précédemment.

Scénario A : « Chacun son pré-carré ! »

La voie ferrée lui appartenant et en remplacement de la ligne 1980 qu’il gère, c’est le Conseil Général de l’Isère qui assure la maitrise d’ouvrage et le financement de la portion entre la limite du département du Rhône et Pont-de-Chéruy.Il passe un accord avec le CG69 et/ou le SYTRAL pour l’aménagement de la portion entre Meyzieu et la limite du département du Rhône [15]. Il fait participer les communes ou intercommunalités aux stations uniquement et la Région et l’État [16] au budget global. Le cas échéant, il crée un syndicat mixte autour de la ligne (PTU de Pont-de-Chéruy, en jaune sur la carte ci-dessous), ce qui lui permet de lever désormais le Versement Transport sur ce territoire...

JPEG - 60.4 ko

Il finance l’achat de rames supplémentaires (aptes à 100 km/h, largeur max 2,55m) et paye des sillons au SYTRAL pour l’utilisation de la portion commune. A l’inverse, le SYTRAL lui paye les services assurés (au prorata de HDV-Louis-Pradel – Pusignan).Il fait des économies en réorganisant les services cars dans le département de l’Isère en favorisant le rabattement vers la ligne et en supprimant la desserte interne en cars de Lyon – Villeurbanne (puisqu’elle et désormais assurée par le tram).

- Maitre d’ouvrage
Portion centre-ville(Hôtel-de-Ville-Louis-Pradel - Gare de l’Est [17]) Portion 69(Meyzieu ZI – limite du Rhône) Portion 38(limite de l’Isère - Pont-de-Chéruy)
Construction des voies SYTRAL [18] CG69 et/ou SYTRAL CG38 (ou nouveau syndicat mixte pontois)
Entretien des voies SYTRAL CG69 et/ou SYTRAL CG38 (ou nouveau syndicat mixte pontois)
Achat des rames CG38 (ou nouveau syndicat mixte pontois)
Entretien des rames CG38 (ou nouveau syndicat mixte pontois)
Financement sillons CG38 (ou nouveau syndicat mixte pontois) vers SYTRAL
Financement services SYTRAL vers CG38 (ou nouveau syndicat mixte pontois)

Scénario B : « Un accord SYTRAL / Conseil Général de l’Isère »

  • Constatant que le scénario A entraine des calculs relativement compliqués, le Conseil Général de l’Isère décide de passer un accord avec le SYTRAL en entrant dans le syndicat mixte [19] avec les communes et intercommunalités concernées par le prolongement jusqu’à Pont-de-Chéruy. Le SYTRAL devient alors compétent sur ce périmètre et c’est lui qui assure la maitrise d’ouvrage de l’infrastructure et du matériel. Il récupère alors le Versement Transport.
  • Il finance l’achat de rames supplémentaires (aptes à 100 km/h, largeur max 2,55m).
  • Il fait faire des économies au CG38 en lui permettant de réorganiser les services cars dans le département de l’Isère en favorisant le rabattement vers la ligne et en supprimant la desserte de Lyon – Villeurbanne (puisqu’elle et désormais assurée par le tram).
- Maitre d’ouvrage
Portion centre-ville Portion 69 Portion 38
Construction des voies SYTRAL élargi SYTRAL élargi SYTRAL élargi
Entretien des voies SYTRAL élargi SYTRAL élargi SYTRAL élargi
Achat des rames SYTRAL élargi SYTRAL élargi SYTRAL élargi
Entretien des rames SYTRAL élargi SYTRAL élargi SYTRAL élargi
Financement sillons SYTRAL élargi SYTRAL élargi SYTRAL élargi
Financement services SYTRAL élargi SYTRAL élargi SYTRAL élargi

La participation du CG38 est alors une somme forfaitaire correspondant en un calcul initial se basant sur les dépenses d’infrastructure nécessaire et un équilibre entre territoire desservi, population et emplois concernés. Les collectivités peuvent s’appuyer sur l’apparition du Versement Transport pour réduire la facture...

Scénario C : « une nouvelle autorité métropolitaine »

Identique au scénario B avec pour différence fondamentale que l’accord ne vient pas des collectivités concernées mais d’une décision législative autour de la réforme des collectivités. Par exemple, mise en place d’une autorité métropolitaine de l’aménagement et des transports comme l’appelle de ses vœux notamment le maire de Lyon. Dès lors, la participation financière de chacun dépend désormais de la loi.

Notes

[2L’historique est disponible ici : http://www.archi.fr/GIP_EPAU/POPSU/valorisation/IMG/pdf/Lyon%20-%20Tramway%20LEA.pdf. La portion Meyzieu – Crémieu a été déclassée en 2002.

[3T3 a une vitesse commerciale d’au moins 35 km/h supérieure. Elle est donc plus élevée que celle de la ligne D du métro (29 km/h) ou A/B (25 km/h). Voir http://www.sytral.fr.

[6Agir sur le territoire pour favoriser l’usage des transports collectifs donc en assurant la présence de logements à proximtié des stations, ce qui entraine alors une fréquentation supérieure et donc un meilleur résultat économique.

[10Si des travaux sont nécessaires, il serait pertinent de réaliser des renforcements permettant d’accueillir des rames en unités multiples afin de pouvori accueillir éventuellement à terme les services de trams-trains de l’Ouest Lyonnais.

[11Pour dissocier les lignes, T4 pourrait rejoindre le boulevard Vivier-Merle où se concentrent les services, emplois, etc.

[12Si besoin est, la trémie pourrait être élargie pour accueillir également les voitures.

[13Réflexion à mener sur livrée et numérotation pour faciliter usage sur tronc commun

[14A travers l’expérience de la ligne de Trévoux, on voit que si on envisage de rouvrir une voie ferrée sous le régime RFF, il faut supprimer tous les passages à niveaux...

[15Pour financer cette portion, l’intégration prévue de la Communauté de Communes de l’Est Lyonnais dans le SYTRAL peut faciliter les choses.

[16Acceptabilité théorique du projet pour les financements de TCSP suite au Grenelle de l’Environnement.

[17Sur cette portion, il serait important de prévoir des quais d’au moins 70m de long pour permettre la diamétralisation avec les lignes de l’Ouest Lyonnais. Pour ne pas croiser les lignes urbaines, les trams CFEL pourraient emprunter la trémie (élargie et prolongée au sud) du boulevard Vivier-Merle.

[18Le SYTRAL réalise donc des dépenses mais dans le même temps, il économise des circulations soit par le biais de la limitation de C3 à la Part-Dieu (ce qui serait un plus pour l’exploitation !), soit par le transfert du trolley sur les itinéraires 28/99 entre Cordeliers et Part-Dieu (et ce sont alors ces services bus qui sont économisés).

[19Ça correspond parfaitement à l’ambition du CG69 et de B. Rivalta de transformer le SYTRAL en syndicat mixte SRU.