Skip to content

Accueil > Transports collectifs > Réflexion : Réouvrir les voies ferrées du sud-Ardèche

Réflexion : Réouvrir les voies ferrées du sud-Ardèche

Sauvegardées par des associations, les voies ferrées du sud-Ardèche peuvent répondre à des besoins et contribuer au développement du territoire.

samedi 24 novembre 2012
Mis à jour le dimanche 16 décembre 2012

L’historique

Comme la plupart des départements, l’Ardèche a connu différents types de voies ferrées, des voies d’intérêt national aux voies purement locales.

JPEG - 110 ko

Depuis 1968, l’Ardèche n’a plus de desserte voyageurs à l’intérieur de son territoire. Depuis 1988, les seules voies ferrées existantes sont desservies par fret. Il s’agit de l’itinéraire de la rive droite du Rhône (qui représente d’ailleurs la frontière du département)... hormis la desserte touristique Tournon - Lamastre (le "Mastrou"). Ce dernier connait aujourd’hui de graves difficultés et on espère qu’il pourra être exploité de nouveau le plus tôt possible mais c’est plus au sud que nous nous rendons...

En 1988, les lignes du sud de l’Ardèche (avec l’étoile de Voguë) fermaient au trafic marchandise. Bien évidemment, à certains endroits, la plateforme a été utilisée pour construire. Il semblerait même qu’à Aubenas, cela ait été volontaire. Si c’est le cas, on abstiendra de commenter. Même il y a 20 ans, entre arrêter une desserte et sacrifier les infrastructures, il y a un écart... Bref.

Des dessertes touristiques

Il existe depuis quelques années une desserte touristique entre Saint-Jean-le-Centenier et Voguë (cf. carte ci-dessous). Une association qui s’est battue pour sauvegarder la portion entre le Teil (ligne de la rive droite du Rhône) et Saint-Jean-le-Centenier vient de fusionner avec l’association qui exploitait l’autre tronçon. L’objectif est de proposer une desserte touristique du Teil jusqu’à Voguë. Cependant, ce projet tarde à aboutir. Le contexte économique ne facilite pas les choses...

Parallèlement, il est envisagé de réouvrir la ligne de la rive droite du Rhône au trafic de voyageurs. On pourrait alors visiter cette ligne touristique en venant par le train. Intéressant, non ? Mais ce n’est pas tout !

Et si ces lignes pouvaient intéresser des pendulaires ? Il doit bien y avoir des gens habitant sur le tracé et travaillant dans la vallée ? Je vois cependant plusieurs difficultés à cela :

  • ces lignes ne traversent pas le Rhône,
  • elles doivent coûter cher (l’association fait probablement ce qu’elle peut).
  • Pour qu’elles soient attractives pour un usage TC, il faudrait une correspondance parfaite avec des transports urbains :
    - quai à quai
    - horaires de correspondance idéaux (l’un attendant l’arrivée de l’autre, le cas échéant)
    - tarif combiné
    Un accès direct à Montélimar serait certainement un gros plus ! C’est là que réside la nouveauté !

"Avant l’été, le projet de l’association d’étendre la voie jusqu’au Teil a été finalisé. Un projet ambitieux, puisqu’il coûtera la bagatelle de 2,2 millions d’euros HT, dont la plus grande partie (54 %) concernera la réfection de la voie ferrée entre Saint-Jean-le-Centenier et le Teil, ainsi que les ouvrages d’art. La SNCF estime que le coût pour ces travaux est de 1,3 million d’euros. Il pourrait être réparti entre la Région (60 %), le Département (25 %) et les communes (15 %). Mais avec une condition, pour la Région : « Permettre au trafic TER de redémarrer d’ici 2013 sur ces voies. »" (cf. http://www.ledauphine.com/transports-ardeche-meridionale-un-train-touristique-avant-le-ter—@/index.jspz?chaine=21&article=55055)

En fait, c’est la conjonction de plusieurs facteurs qui pourrait amener vers cette réouverture :

  • une gare TGV doit être construite à Allan, près de Montélimar. Cette gare aurait été décidée car à même de développer le trafic sans nécessairement supprimer celui passant par Montélimar-ville.
  • Les élus du Conseil Régional acceptent cette gare si et seulement si une virgule est réalisée vers la gare du Teil permettant les liaisons directes : "Mais pour la majorité de la Région Rhône-Alpes, c’est la virgule, ou pas de financement pour la gare TGV d’Allan" indique le conseiller régional communiste François Jacquart." (cf. http://www.pcf-rhonealpes.fr/spip.php?article464).
  • "Ca permettrait aussi de brancher la future pénétrante vers l’Espace de Restitution de la grotte Chauvet (grâce à un projet de réouverture au trafic de la ligne vers Voguë, NDLR) sur la ligne TGV, via la gare du Teil" (idem).

On aurait alors une liaison possible entre Voguë et Montélimar-ville, ce qui permettrait pour le coup une desserte assez attractive.

Il me semble alors intéressant d’envisager des mesures pour geler la constructibilité des emprises de la voie ferrée et étudier la réouverture de la desserte vers Aubenas.

La carte de l’ensemble :


Agrandir le plan et visualiser la légende