Skip to content

Accueil > Electromobilité > Electromobilité : Problématique de recharge

Electromobilité : Problématique de recharge

mercredi 26 décembre 2012
Mis à jour le samedi 10 août 2013

Grâce à une interview du directeur du Programme Véhicule Électrique de Renault, on sait que la Zoé sorti au début de l’année 2013 est équipée d’un chargeur dit « Caméléon » lui permettant de s’adapter à la charge disponible sur l’infrastructure. Cependant, on parle généralement de 3 paliers :

  • La charge normale -> environ 3,7 kVA pour 8h de charge
  • La charge dite « accélérée » -> environ 22 kVA permettant 80% de charge en 1h [1]
  • La charge rapide sur courant alternatif -> environ 43 kVA permettant 80% de charge en 30min [2]

Avec ces paliers et en comparant avec les propos du Livre Vert, on peut déduire que :

  • La charge complète de base d’un véhicule électrique est établie sur le temps qu’il passe à « dormir » entre deux utilisations. On recharge son véhicule parce qu’il stationne, soit à domicile (généralement la nuit), soit sur son lieu de travail, le cas échéant.
  • La charge intermédiaire est basée sur la même logique mais permet aussi de se recharger lorsque le temps d’arrêt est plus court.
  • La charge rapide essaie de se rapprocher de la logique « station service » des véhicules thermiques : on s’arrête parce qu’on a besoin de se recharger.
  • Les systèmes d’échange de batterie se basent complètement sur la la logique « station-service » avec un temps équivalent.

On remarque que plus l’autonomie du véhicule est importante, plus la charge doit être rapide pour rester dans la logique d’une charge de base en moins de 9h. C’est le cas notamment pour les véhicules Tesla (Roadster et Model S) qui mettraient un certain temps à se charger sur une prise offrant le courant de base d’un bâtiment français (230V - 16A)... 22h... Leur charge de base est donc une charge accélérée.

On remarquera aussi que la charge rapide remplacerait difficilement la logique actuelle des déplacements autoroutiers de plus de 400km. En effet, en roulant à 130 km/h, on ne peut pas forcément espérer plus de 80km d’autonomie avec les modèles tels que Zoé ou, a fortiori, Mitsubishi i-MiEV/Citroën C-Zéro/Peugeot iOn. Si 30min sont nécessaires pour recharger 80% de la batterie... Elle est plus alors à considérer comme une charge de secours.

C’est la technologie d’échange de batteries qui viendrait répondre à des déplacements longs. Elle possède, par ailleurs, des avantages supplémentaires par rapport à la charge rapide. D’une part, elle détériorerait moins les batteries et, d’autre part, elle pourrait être plus facilement intégrable aux réseaux actuels. Un stockage de batterie offre des possibilités de recourir à l’électricité d’origine renouvelable et soutenable. Cependant, l’installation des dispositifs nécessaires est extrêmement coûteuse et sans standardisation des batteries, on peut se questionner sur la viabilité économique du système. Le porteur de projet Better Place, après avoir obtenu des rallonges budgétaires ou, plutôt, des prêts, a dû mettre la clé sous la porte. Il ne reste aujourd’hui que Tesla pour se lancer !

Continuer avec un article consacré aux changements mineurs à envisager pour se déplacer en véhicule électrique.

Notes

[1Les 20% restants devraient apparemment être réalisés en charge normale

[2idem


Fatal error: Call to undefined function optimiser_base_une_table() in /mnt/115/sda/2/7/amauryruillere/plugins/auto/corbeille_2_0/corbeille_options.php on line 18